• Erick

Créer son réseau musical: Fantasmes et réalités








Je viens de composer une chanson magnifique. Le texte est béton.


Cette chanson irait très bien à Céline Dion, ou Florent Pagny, ou Garou, ou Katy Perry, ou Maitre Gims.

Ou peut-être pour un duo ? Entre Sting et Mylène Farmer ? Ou Placido Domingo et Bono ?


1 Comment puis-je les contacter ?


2 A qui dois-je m'adresser ?


Réponse 1: Vous ne pouvez pas.


Réponse 2: Ca ne sert à rien... pour l'instant.


Explication:



Changeons de discipline.


Je viens de faire une superbe tarte aux pommes dans ma cuisine. Tous mes amis l'adorent.

Je viens de me décider à la vendre.

Il faut que je contacte M. Carrefour, ou M. Auchan. Ou peut-être M Fauchon.


1 Comment puis je les contacter ?

2 A qui dois-je m'adresser ?


Je viens de penser à une superbe idée de petit jeu video sur mon smartphone.

Il faut que j'en parle à Bill Gates. Ou Mark Zuckenberg. Ou M. Apple.


1 Comment puis je les contacter ?

2 A qui dois-je m'adresser ?


Vous l'avez compris.

La qualité de votre tarte au pommes, de votre jeu vidéo, ou de votre chanson n'est même pas en cause.


C'est votre crédibilité qui l'est.


Si j'écris par exemple, que le problème de la drogue en général peut être stoppé, juste en faisant prendre conscience aux utilisateurs qu'arrêter la consommation stopperait le trafic, le crime, l'économie parallèle et sa violence, ainsi qu'un meilleur état de ses neurones après-coup, plus un comportement plus éthique envers les esclaves des cartels, ça pourrait passer pour du bon sens.

Mais comme j'ai 60 ans passés, c'est juste une idée réac à la noix.


Je ne suis pas crédible.


Je ne suis même pas médecin ou politicien. C'est dire..

.

De la même manière, quand je vois un artiste donner son avis à la télé sur la crise au Moyen-Orient ou sur le vaccin anti-con, ma première réaction est:

Mais de quoi il se mêle ce trou du C... Il est spécialiste en quoi pour ouvrir sa G... !


Bref... Il n'est pas crédible.




Maintenant

Mettons -nous à la place des grands artistes


1

Ceux qui sont "en haut" ont généralement commencé "en bas".

Ils ont construit leur notoriété et leur business petit à petit, en s'entourant de peu de gens au début, qui avaient confiance en leur capacité et leur aura artistique, ils se sont construits une famille, auteurs, compositeurs, producteurs, collaborateurs en label, manager, etc...

Leur recherche de chansons à interpréter sera fournie par leur proches, ceux en qui ils ont confiance. Manager, DA, amis proches. Pas sur internet, sauf de très rares exceptions.

Et leurs fournisseurs, Manager, DA, amis proches, écouteront des choses à transmettre de leur propre cercle de connaissances, chansons recommandées, ou d'artistes reconnus, chansons qui auront déjà une qualité correspondante à l'univers intime de l'artiste (comme l'imagine ce premier cercle d' intermédiaires.)

En gros, faut d'abord plaire au producteur ou au manager, avant de penser plaire à l'artiste.

Logique.

Comme avant de parler au directeur de la banque, je parle au guichet.

Si je veux avoir le directeur, faut que je sois un "bon" client.


2

Il y a aussi une logique "commerciale" pour un artiste interprète star à demander des chansons inédites à un autre artiste connu.

Crédibilité artistique, mélange d'univers et donc agrandissement de la fan base, économie d'échelle de promo si les 2 artistes sont sur le même label, meilleure couverture médiatique, etc.

Est-ce-que Céline Dion aurait vendu 7 millions de copies de l'album "Deux" s'il avait été écrit par Géraldine Goldman ou Jean-Frédéric Cabrel ?

Ca laisse autant moins de place pour les chansons venant du monde extérieur.


3

La 3ème raison est plus triviale.

Combien y a t-il d'interprètes en France qui sont des stars demandant des chansons, et qui peuvent ramener de l'argent à leur auteurs ?

Peu.

Combien y a t-il d'auteurs Compositeurs professionnels en France qui cherchent à "placer" leurs chansons à ces artistes, pour ramener un peu d'argent ? (pros qui ont déjà placé des titres)

Beaucoup.

Il est donc évident que ces pro vont d'abord essayer de placer leur propres chansons plutôt que celles qui leur sont soumises par internet, par des inconnus.

D'ou l'inutilité d'envoyer (de m'envoyer) à des auteurs compositeurs installés des chansons " à placer".

C'est comme demander à son boulanger de mettre nos propres tartes aux pommes dans son rayon pour les vendre.

Le marché musical n'est pas assez rentable pour satisfaire tout le monde, avant même de parler de qualité artistique de ce que l'on envoie.



Alors comment faire ?


Ben, c'est pas simple.


D'abord, il faut faire preuve d'humilité et commencer par le début. Et monter son réseau en spirale. Comme un escargot.



Une fois la chanson écrite, et validée comme étant magnifique par son entourage proche, (qui comme chacun sait, est tout à fait impartial) il faut trouver un/une interprète.

Dans votre entourage proche, ou sur internet éventuellement. Si vous pensez à la placer in fine, à une star masculine, mieux vaut prendre un interprète masculin pour faire la démo. Logique.


La maquette existe à ce stade. Il faut le faire savoir.

Mais à mon sens, pas encore sur les réseaux. Sauf si on a déjà une fan base sur internet, mieux vaut passer par un studio d'enregistrement pour être sûr que la chanson que vous présentez est aux normes de ce que les stars interprètes peuvent écouter. Ils ont peu d'imagination en général et préfèrent être séduits instantanément par ce qu'ils écoutent, plutôt que de penser à ce que ça pourrait donner avec telle ou telle modification.

L'autre avantage, c'est que les studios ont aussi un réseau d'interprètes en quête de chansons, et si le patron du studio trouve un intérêt à votre création, il peut exister des partenariats possibles.


Ensuite, la poser sur votre site, et faire réagir l'auditoire. Si ça remue en likes, autres que votre grand-mère, c'est encourageant. Pas besoin de dire à qui cette chanson est destinée, juste la présenter avec l'interprète que vous avez choisi/e et qui voudra probablement essayer de faire carrière aussi. C'est win win.


Poster la chanson sur des plateformes de partage du style PitchMusicCenter peut être aussi intéressant pour créer du réseau. D'autres interprètes, d'autres talents avec qui partager, qui ont aussi des connections de leur côté.


Si la mayonnaise prend un peu, on va essayer de placer la chanson d'abord à des artistes en devenir, c'est-à-dire des artistes structurés, avec site internet, fan base, etc... Mais qui ne gagnent pas un rond (pour l'instant). Ils seront plus sensibles à écouter ce qui vient de nulle part, mais qui leur plait artistiquement, que de regarder le montage business de l'opération.


A ce stade-là, vous comprenez que pour aller plus loin, va falloir rencontrer des gens en personne. Les convaincre d'être un auteur prolifique, avec plusieurs propositions en magasin.

Vous en faire des amis, qui voudront aller au charbon pour vos créations. Donc des managers installés ou pas, qui ont de l'énergie et qui trainent partout où l'on doit trainer pour vivre de la musique. Et trainer avec eux, autant que possible.


On ne crée pas un réseau juste en restant derrière son écran.


Aller voir des Editeurs peut être en parallèle, une bonne chose. Certains sont dynamiques et aiment leurs artistes. Et moyennant la moitié de vos droits d'auteur, ils pourront accélérer les choses, si leur réseau est compatible avec vos créations.

Inutile d'aller signer avec un éditeur de rap, si vous créez des chansons pop, dans l'espoir de les placer à Patrick Fiori.


Enfin, diversifiez votre exposition médiatique, qu'elle soit musicale ou pas. tout ce qui est bon pour vous faire sortir de l'anonymat (de manière digne bien sûr) peut être exploité en parallèle pour que l'on s'intéresse à vos créations.

Nombre de gens participent d'une manière ou d'une autre à des projets musicaux (avec plus ou moins de bonheur) sans être spécialistes de ce domaine particulièrement.

Je me rappelle avoir fait jouer du piano Jacques Villeneuve, à l'époque champion du monde de F1, sur une chanson de Roch Voisine, juste pour le fun.


A partir de là, vous devriez, si tout s'est bien passé, être devenu un "bon" client.

C'est-à-dire quelqu'un dont le nom traine par ci par là , qui peut aller jusqu'aux oreilles du producteur ou du manager de la star. Et donc présenter des pièces qui peuvent éventuellement intéresser la star interprète, sous réserve qu'elle soit en train d'en rechercher à l'instant T.

Parce que proposer un tube à un chanteur en vacances, n'a aucune certitude qu'il ne sera pas oublié le mois d'après.


Voilà.