• Erick

De l'influence de IKEA dans l'enregistrement studio







Alors, vous pourriez penser en lisant ce titre, que vous allez encore écouter un pamphlet baveux sur la nocivité d'utiliser du matériel bas de gamme lors de vos enregistrements sonores en studio ou home studio, et de l'horreur de l'uniformisation et du prêt à porter musical induit par des machines à bas coût utilisées par n'importe qui pour faire n'importe quoi ...


Heu.. alors moi..

Heu... Pas du tout.


Non. Non.


Moi je veux parler de IKEA, la marque suédoise de meubles en kit.

Et comment ça peut vous sauver la vie, sans se ruiner, dans des situations périlleuses d'enregistrement, et même vous aider à avoir un bon son au final.


Explication :

Quand on pense IKEA, on pense bien sûr à se meubler correctement à un prix budget.

Et si on n'est pas allergique à la prononciation rigolote des produits, et qu'on n'a pas 2 mains gauches à cause du montage en kit, on peut facilement se monter une cabine de studio décente, ainsi qu'un coin détente, du point de vue ameublement, qui ravira parfaitement le client lambda, venu enregistrer sa chanson chez vous.

Parce qu'il sera plus intéressé à priori par ce qui sort de vos enceintes que la qualité du tapis sur lequel il marche.


Et la différence entre un canapé GLOSTAD à 99 euros, 2 fauteuils SOLSTA OLARP à 64,95 et un tapis TYVELSE à poils ras à 119 € par rapport à une combinaison salon Roche Bobois Mah Jong à 17 000 € consiste surtout à faire une économie de 16652 euros et 10 centimes, que l'on pourra éventuellement investir dans un préampli DW FEARN VT2, un micro Soyuz 017, un compresseur Manley variable MU, et il restera même de quoi se payer une formation chez BENZI.


Donc IKEA aide à améliorer le son.

Même si mon âge et ma carrière musicale accomplie me font plus pencher vers le bourgeois bien nourri que le bohème vivant au jour le jour, il faut se rappeler que j'ai commencé comme tout le monde :


En bas.



C'est-à-dire avec un tournevis et un mode d'emploi multi-langue, que l'on jette souvent par erreur avec le carton, à essayer de faire rentrer la P... de vis dans la P.. de sa mère de table basse.

Et je me suis équipé pas mal d'années comme ça.

J'ai donc regardé il ya peu, dans mon énième studio, quelle était la place de IKEA dans mon setup actuel.

Et j'ai été surpris du résultat.

Quand je regarde les photos de mes anciens studios, y a partout, ça et là, des touches de IKEA qui promènent.







Même à la grande époque du 1er studio Bateau-lune, où j'ai enregistré mes pièces les plus renommées.



C'est un studio que j'avais fait faire sur mesure, avec les mêmes grandes écoutes TAD Westlake que chez ABBEY ROAD INSTITUTE à Suresnes, anciennement studio OMEGA, et à l'origine studio MEGA à l'époque où j'y travaillais souvent, créé par thierry Rogen, l'ingé-son de Mylène Farmer, avant qu'il ne prenne définitivement un passeport thaïlandais.

Même à cette époque, on peut voir des traces de IKEA qui trainent.




Mais le comble, c'est que, même maintenant, plus de 20 ans après, ya encore plus de IKEA dans mon studio qu'avant.



Alors vous allez dire:

"Benzi il est ratchou, près de ses sous, y veut pas dépenser"

ou:

"Benzi il a un goût de chiottes" (ce qui n'est pas faux probablement)


La vérité c'est que Benzi il n'en a rien à foutre en fait, globalement.


Alors vous pouvez dire:

"Oui mais lui il peut se permettre d'en avoir rien à faire, parce qu'on vient chez lui pour lui, pas pour l'équipement"


C'est vrai. Mais déjà avant, j'en avais rien à foutre. J'ai jamais choisi un studio pour sa décoration quand je travaillais à l'extérieur, j'ai même toujours plutôt eu une préférence pour enregistrer en dehors des studios, tout court.


Non pas que je n'aime pas les luxueuses cabines que j'ai eu la chance de côtoyer un peu partout.

Ya pas de IKEA à ICP à Bruxelles, à Hit Factory a NYC, à Ocean way à LA, ou à Guillaume tell à Suresnes.


Essentiellement parce que ce sont des studios commerciaux, où la clientèle aisée peut être sensible à la déco. Ils doivent faire un effort.

Alors sur place, on profite, émerveillé, du lieu. Mais surtout on regarde les préamps vintages, les instruments disponibles, éventuellement les disques d'or accrochés au mur.





Mais pour en revenir à IKEA, voici 2 exemples avec lequel on peut faire vraiment des miracles sur le son en utilisant leur catalogue.


1

Tout le monde, ayant un home studio bien sûr, a eu maille avec le traitement acoustique de sa cabine.

Comment, à moindre coût, créer une bonne acoustique, équilibrée, pour pouvoir utiliser ses écoutes avec un niveau respectable, tout en faisant confiance à ce que l'on entend.


Quand la pièce est trop petite, une seule solution: mater au maximum, car toute réverbération sera ignoble et vous sucera la tête pendant vos mix.



Mais avec une cabine un peu respectable, on peut essayer d'employer la méthode "dead end/live end" chère à Tom Hidley, mais en version bricolo-rustique.

Donc une face avant "dead end", sans réflexions, on mate tout ce qui se passe derrière les écoutes,

et à l'arrière de soi, un mur plutôt réfléchissant pour apporter du confort auditif.

Et pour contrôler ces réflexions arrières, on utilise généralement des diffuseurs.



Des structures en bois décalées en profondeur qui "cassent les ondes" et les éparpillent élégamment de manière à éviter les ondes stationnaires gênantes. Je simplifie beaucoup, mais l'idée c'est ça.

Mais un diffuseur digne de ce nom, c'est pas donné.


Or il existe un moyen de créer un bon diffuseur par soi même.

C'est d'acheter des étagères BILLY de chez IKEA, dont on tapissera le mur arrière. En prenant soin bien sûr de les remplir de livres, toute sorte de livres. Des grands, des petits, des livres de poche, des reliés, des BD, des guides touristiques, des partitions, des albums de peinture, la Pléiade, etc...



L'idée est que la différence de taille et de profondeur des livres agira comme un diffuseur sur le son réfléchi.



Alors, pour info, il n'est pas prouvé que l'on obtienne un son plus chaud si on ne met que des livres en brésilien ou en créole.


Il est probable que la musique soit meilleure par contre si on a lu tous les livres de la bibliothèque qui sert de diffuseur.


Gardons une pensée émue et compatissante pour ceux qui décideraient après coup de rajouter des portes vitrées aux étagères devant les livres...


2

Le 2ème exemple, vécu, est fait pour les baroudeurs, les Paul Emile Victor de la prise de son, les Cousteau de l'enregistrement sauvage.


Le défi:

Enregistrer des voix et des guitares acoustiques dans le salon d'un 2 pièces basique, comprenant du carrelage au sol, du crépi sur les murs, du placo au plafond, et une grande baie vitrée sur le côté, avec comme seuls meubles, un étendoir à linge et une plante verte.


Même quand on se parle, ça sonne comme une merde. Pas besoin de chanter.


La solution ? il y a un canapé IKEA dans un coin. un genre pliable indéfini, mais qui, une fois mis en position verticale fera office d'absorbeur, d'écran acoustique, dans lequel je plongerai mes micros.



C'était pour l'album " Chansons pour les pieds" de JJ Goldman à Marseille

Tout c'est bien passé in fine.




Vous pouvez me rétorquer que n'importe quelle marque de canapé pliant aurait fait l'affaire.

Oui, mais statistiquement, dans les 2 pièces étudiants, on trouve plus facilement du IKEA qu'autre chose.

Promis, j'essaierai la prochaine fois avec Conforama, ou But.


Admirez le matelas PLUTTEN à 49,99€, recouvert d'une housse verte que j'ai utilisée lors de l'enregistrement du groupe EL CLUB dans l'immense salon d'un joli mas perdu dans le Luberon




Bref, ne pensez pas que je fasse l'apologie du capitalisme suédois à travers une marque envahissante et colorée qui ravit autant quelle irrite.


Je m'en fous un peu, comme d'hab.


Et mon manque de goût peut être perçu comme un écueil pour certains.

C'est sûrement vrai.

C'est juste que je fais un constat. Comme si passer tant d'années à s'occuper du confort des oreilles, on oubliait un peu le confort des yeux et du corps.


Mais surtout, si apologie il y a, je revendique l'utilité du DO IT YOURSELF, du bricolage maison, de la recherche de solutions avec des choses simples qui nous entourent, pour s'amuser, où que l'on soit, à faire de bons enregistrements.


Et pour ça, les vikings savent faciliter le travail.


Même pour manger d'ailleurs. entre 2 prises de banjo, qui n'a pas gouté les PYTTIPANNA KYCKLING ou les HUVUDROLL ?


Le temps de les prononcer t'as déjà plus faim.


Economique, je vous dis !

La masterclass de Benzi- Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter

Un accès privilégié aux dernières vidéos et parutions en avant-première

  • Facebook

©2020 ERK MUSIC. Droits réservés