• Erick

L'effet " reverse": Trucs et astuces audio:





MODE D'EMPLOI


Tout le monde connaît l'effet " Reverse" utilisé avec une cymbale pour annoncer une nouvelle partie de la chanson : refrain, pont, nouveau couplet, etc.

Cet effet, impossible à faire tel quel avant l'avènement de l'électricité, a pour origine l'envie du compositeur d'attirer l'attention et la tension sur un évènement musical nouveau à venir.


Il était généralement fait, dans le classique, par un crescendo de volume sur des cymbales avec des maillets en feutre, pour enlever l'attaque de la frappe et faire un nuage sonore grandissant.


Le vrai effet "reverse", "renversé" en français vient de l'époque des enregistrements sur des bandes magnétiques.


Un assistant a malencontreusement monté une bande à l'envers, et juste avant de se faire virer par l'ingé-son en chef, un producteur bourré est rentré dans le studio et a trouvé ça joli.


Depuis, avec l'informatique, le son est une suite de 1 et de 0, que l'on peut manipuler mathématiquement dans tous les sens. Donc on peut lire un échantillon sonore à l'envers en appuyant sur un bouton : le bouton reverse ou renverser, présent dans toutes les workstations.


La tendance actuelle, avec le tout synthétique serait de remplacer cet effet par un effet de "Sweep". "Balayage" en français, que l'on fait en filtrant la fréquence d'un son, généralement du bas vers le haut, donc avec un filtre ou un equaliser que l'on automatise.

Très efficace aussi, mais plutôt utilisé dans la musique électronique, car pas très discret quand même, plus bourrin dans la perception.


L'effet "reverse" peut être efficace tout en restant discret.


Alors comment on fait ?

Simplement en enregistrant une frappe de cymbale, en "retournant le sample" avec l'effet "reverse" et en plaçant précautionneusement celui-ci AVANT l'impact de la suite à mettre en valeur.

On peut bien sûr, equaliser le son, le raccourcir, ajouter un fade-in, etc. ; en fait le traiter comme un son normal.


Notez que l'on peut bien sûr créer un effet "reverse" avec autre chose qu'une cymbale.

Un accord de piano ou de tout autre instrument peut faire l'affaire.

Tant que l'accord est assez long et a un "decay" significatif , c'est-à-dire une chute de volume, afin d'entendre le crescendo quand on reverse.

On peut aussi "aider" le crescendo en montant le volume du reverse avant sa fin.


Ex : Hello. de Adèle


Maintenant l'effet "reverse" peut être utilisé comme un vrai effet de production.

C'est-à-dire, pas discret du tout, en effet de surprise.


Ex : sur un breack de batterie ou sur une voix (Gildas Arzel - Prends ma main)


Comment on fait ?


Ex : sur la chanson "Toi" du groupe El Club. Explication en vidéo



On prête des vertus sataniques dans certains milieux à ses effets de renversements, ces lectures de son à l'envers, messages subliminaux cachés dans les disques des BEATLES, effets spectaculaires dans le film "L'exorciste", jusqu'au procès fait au groupe Judas Priest

https://youtu.be/KrBV0-VRkkw d'incitation au suicide. (procès annulé, mais quand même)

Restons dans les limites de la raison. C'est juste du divertissement. Et si ça peut aider à créer et à expérimenter, amusons-nous !


Y'a plein de trucs et astuces audios et musicaux à explorer. Si vous voulez une méthode pour appréhender tout ça, n'hésitez pas à aller voir mes modules de formation d'arrangeur.

A bientôt !

Posts récents

Voir tout